Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views :

One-on-one with Hemant Bhagwani

Photo by/par Fook Communications

Pour la version française, cliquez ici.

#ImmigrationMatters

Hemant Bhagwani has vivid early memories of his mother cooking at home in New Delhi, India. He says becoming a chef was just a dream for her, but her dream is what inspired him to pursue a culinary career of his own.

After completing a culinary degree in Switzerland, he says he felt compelled by societal pressure to enter the corporate world, and so he enrolled in an MBA program in Sydney, Australia. But he kept working in kitchens to make money while he was in school, and soon came to embrace the truth: all he wanted was to continue working in the foodservice industry.

After following an opportunity that led him to work in Dubai for a few years, he decided to move to Toronto in 2000. He says he had heard from friends that Canada was a country full of opportunities for entrepreneurs. He got his foot in the door with a job at the CN Tower’s 360 Restaurant. Two years later he set out to open a Canadian foodservice business of his own.

He says opening his first restaurant in 2002 was a major leap of faith: He had all the theoretical knowledge but lacked practical experience running a foodservice operation. The young entrepreneur had bought a restaurant in Brampton knowing nothing about the city. He says he was losing money every month until a food critic came in and completely changed his fate. Shortly after an article was published, the restaurant’s popularity skyrocketed. Hemant decided to quit while he was ahead and sell it to move on to a new concept. 

From failure to success (and sometimes back to failure), Hemant opened an impressive grand total of 43 restaurants in Toronto. While 35 of them were sold, most of these establishments are still operating under his original concepts. After struggling with managing multiple restaurants by himself but feeling heartbroken every time he reached the point of letting one go, Hemant came up with a unique and exciting idea.

Under his new hospitality group, Good Karma, Hemant now brings skilled chefs from India to Toronto through a working permit and helps them obtain their permanent residency. For each experienced chef he hires, he welcomes three local cooks — often recent graduates — who want to learn from his expertise. Once each of his new restaurants is up and running, and he feels the urge to move on to a new project, he hands the restaurant reins to his staff. Leading up to this handover, he allows them to manage the daily needs of the establishment and offers them shares in the business.

So far, this business model has been working out extremely well. Good Karma already counts six restaurants in its portfolio and Hemant says he is looking to push it to 10 by the end of the year.

“Coming to Canada was the best decision I ever made. The government does so much for small business here. I would have never become an entrepreneur somewhere else in the world.” 

To get to know Hemant a little better, we asked him a few more questions about his inspirations, favourite dishes and how he inspires positive change in the Canadian foodservice community.

Check out his answers below:

What’s your favourite smell in the kitchen?

Roasting spices.

What’s your favourite spice?

Dry fenugreek leaves.

What’s a new flavour combination you recently discovered?

Coconut with fenugreek.

Can you tell us one of your bad habits?

Always thinking about food.

Who inspires you the most?

My parents.

What are the most important or surprising lessons you’ve learned from starting new restaurants?

Keep updating yourself in your own field and be persistent.

If you could go back and change anything, what would it be?

I would be smarter in choosing business partners and locations.

What do you love most about having your own business?

I am not the boss. I work for my team and suppliers.

What do you look for when you hire a new cook?

Attitude and behaviour.

What are some goals that you have for your business?

To make Indian cuisine a mainstream cuisine in North America. To build appreciation for Indian cuisine through our restaurants, and our ready-to-eat sauces and spice mix in grocery stores. We look to create the greatest Indian restaurant chain.

What are some of your biggest challenges?

Getting rid of the myth that Indian food is spicy only.

What is your proudest business achievement?

Being named as an EY Entrepreneur Of The Year™ finalist in 2015 and having had approximately 500 employees.

What are some of the ways that your business contributes to your community?

Using local Ontario ingredients.

What keeps you inspired and motivated to continue doing what you’re doing?

I enjoy my work. And I have been taught never to stop working and creating.

What do you do to ensure that you have a good work-life balance?

I still have to learn this. Maybe in 2020. I am all about work!

What are some of the reasons why Canada is a great place to run a foodservice business?

Multiculturalism, local Ontario ingredients and support from the banks.

What three trends do you see impacting your business most over the next year?

Online ordering.

Food is even hotter than before, and this is why most retail spaces have been changing to restaurant spaces — so more competition.

And customer behaviour is changing — they want Instagram pictures more than they want real food. It’s the social media which is dictating the food now.

What would you want on the menu if it was the end of the world?

Coming soon — 16 course tasting menu in a 20 seat restaurant.

What is your favourite piece of advice or inspirational quote?

This is my own quote: Passion must become a process, the process then becomes a system, and that leads to success.


L’immigration, ça compte

Tête-à-tête avec Hemant Bhagwani

Hemant Bhagwani a de vifs souvenirs, qui remontent à sa tendre enfance, de sa mère qui cuisinait à New Delhi, en Inde. Il dit que pour elle, devenir chef cuisinière n’était qu’un rêve, mais c’est le rêve de sa mère qui l’a inspiré à poursuivre sa propre carrière culinaire.

Hemant a obtenu son diplôme en art culinaire en Suisse; cependant, en raison des pressions sociétales, il s’est senti obligé d’entrer dans le milieu des affaires. Il s’est donc inscrit à un programme de MBA à Sydney, en Australie. Il a toutefois continué à œuvrer en cuisine pour gagner de l’argent pendant qu’il était aux études, et bientôt il s’est rendu à l’évidence : tout ce qu’il désirait, c’était de continuer à travailler dans l’industrie des services alimentaires.

Après avoir saisi une occasion qui l’a amené à travailler à Dubaï pendant quelques années, il a décidé de déménager à Toronto en 2000. Il dit qu’il avait entendu de ses amis prétendre que le Canada était un pays où il existe plein d’occasions pour les entrepreneurs. Il a décroché un emploi au Restaurant 360 de la Tour CN, c’était sa porte d’entrée. Deux ans plus tard, il a décidé de démarrer sa propre entreprise canadienne de services alimentaires.

Il affirme que l’ouverture de son premier restaurant en 2002 a été un grand saut dans l’inconnu : il possédait toutes les connaissances théoriques mais manquait d’expérience pratique dans la gestion d’une entreprise de services alimentaires. Le jeune entrepreneur avait acheté un restaurant à Brampton sans rien connaître de la ville. Il dit qu’il perdait de l’argent chaque mois jusqu’à ce qu’un critique culinaire visite son établissement et change le cours de sa vie. Peu de temps après la publication d’un article, la popularité du restaurant a explosé. Hemant a décidé de mettre la clé dans la porte pendant que les choses allaient toujours bien et de vendre le restaurant pour explorer un nouveau concept. 

De l’échec au succès (et parfois de nouveau à l’échec), Hemant a ouvert un nombre impressionnant de restaurants à Toronto, soit 43. Bien que 35 d’entre eux aient été vendus, la plupart fonctionnent toujours selon ses concepts d’origine. C’est après avoir eu le cœur brisé chaque fois qu’il devait se départir d’un restaurant en dépit du fait qu’il avait du mal à en gérer plusieurs tout seul que Hemant a eu une idée originale.

Par l’intermédiaire de son nouveau groupe d’accueil, Good Karma, Hemant fait maintenant venir à Toronto des chefs qualifiés de l’Inde au moyen d’un permis de travail et les aide à obtenir la résidence permanente. Pour chaque chef chevronné qu’il embauche, il prend trois cuisiniers locaux sous son aile – souvent de récents diplômés – qui veulent apprendre de son expertise. Une fois que le nouveau restaurant est opérationnel et que Hemant ressent le besoin de passer à un nouveau projet, il confie les rênes du restaurant à ses employés. Avant que ces derniers ne prennent le restaurant en charge, il leur donne l’occasion de gérer les activités quotidiennes de l’établissement et leur offre des parts dans l’entreprise.

Ce modèle d’affaires fonctionne extrêmement bien jusqu’à présent. Good Karma compte déjà 6 restaurants dans son portefeuille, et Hemant affirme qu’il cherche à porter le compte à 10 d’ici la fin de l’année.

« Venir au Canada a été la meilleure décision que j’aie prise de ma vie. Le gouvernement en fait tellement pour les petites entreprises ici. Je ne serais jamais devenu entrepreneur ailleurs dans le monde. » 

Pour apprendre à mieux connaître Hemant, nous lui avons posé quelques questions sur ses inspirations, ses plats préférés et la façon dont il favorise des changements positifs dans la communauté canadienne des services alimentaires.

Lisez ses réponses ci-dessous :

Quelle est votre odeur préférée en cuisine?

Des épices qui sont en train de rôtir.

Quelle est votre épice préférée?

Des feuilles de fenugrec sèches.

Quelle est la dernière association de saveurs que vous avez découverte?

Noix de coco et fenugrec.

Pouvez-vous nous parler d’une de vos mauvaises habitudes?

Je pense toujours à la nourriture.

Qui vous inspire le plus?

Mes parents.

Quelles sont les leçons les plus importantes ou les plus surprenantes que vous avez apprises du fait d’ouvrir de nouveaux restaurants?

Il faut continuer à parfaire ses connaissances dans son domaine et il faut être persévérant.

Si vous pouviez revenir en arrière et changer quelque chose, que changeriez-vous?

Je ferais des choix plus judicieux en ce qui a trait à mes partenaires d’affaires et à l’emplacement de mes entreprises. 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus du fait d’être propriétaire d’entreprise?

Je ne suis pas le patron. Je travaille pour mon équipe et mes fournisseurs.

Sur quoi vous attardez-vous lorsque vous embauchez un nouveau cuisinier?

Son attitude et son comportement.

Quels sont certains des objectifs de votre entreprise?

Faire de la cuisine indienne une cuisine populaire en Amérique du Nord.
Accroître l’appréciation de la cuisine indienne par l’entremise de nos restaurants, et en vendant nos sauces prêtes à consommer et nos mélanges d’épices disponibles dans les épiceries. Nous voulons créer la meilleure chaîne de restaurants indiens.

Quels sont certains de vos plus grands défis?

Éliminer le mythe selon lequel la nourriture indienne n’a rien de plus à offrir que des épices piquantes.

Quelle est la réalisation dont vous êtes la plus fière en ce qui a trait à votre entreprise?

En 2015, j’étais parmi les finalistes du prix Ernst & Young de l’entrepreneur de l’année (« EY Entrepreneur Of The Year™ »), et le fait que j’ai eu environ 500 employés.

Quelles sont certaines des façons dont votre entreprise contribue à votre communauté?

Nous utilisons des ingrédients locaux qui viennent de l’Ontario.

Qu’est-ce qui vous inspire et vous motive à continuer de faire ce que vous faites?

J’aime mon travail, et on m’a appris à ne jamais cesser de travailler et de créer.

Que faites-vous pour veiller à avoir un bon équilibre entre le travail et votre vie personnelle?

C’est une chose que je n’ai pas encore apprise. Peut-être que je l’apprendrai en 2020. Je suis un bourreau de travail!

Quelles sont certaines des raisons qui font du Canada un endroit fantastique pour exploiter une entreprise de services alimentaires?

Le multiculturalisme, les ingrédients locaux de l’Ontario et le soutien des banques.

Selon vous, quelles sont les trois tendances qui influenceront le plus votre entreprise au cours de la prochaine année?

La commande en ligne.

La nourriture est encore plus en vogue qu’auparavant, ce qui explique pourquoi la plupart des espaces de vente au détail se sont transformés en espaces de restauration – donc plus de concurrence.

Le comportement des clients est aussi en évolution – ces derniers accordent plus d’importance à leurs photos Instagram qu’à la vraie nourriture. À l’heure actuelle, ce sont les médias sociaux qui dictent l’évolution de la nourriture.

Que voudriez-vous au menu si c’était la fin du monde?

À venir – menu de dégustation 16 services dans un restaurant ne pouvant accueillir que 20 clients.

Quel est votre conseil préféré ou votre citation inspirante?

Cette citation est la mienne : Lorsque la passion devient un processus, et le processus devient un système, le succès suit.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.