Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views :

One-on-One with the brigadeiro chef Mary Oliveira

Photo by @MurtazaDaud

Pour la version française, cliquez ici.

Mary Oliveira was born and raised in Brazil. It was there while completing a post-secondary degree in business that her life intersected with a handsome Canadian’s. The first time she visited Canada, in 2012, she’d made the trip mainly to meet his mother (her future mother-in-law). But she says it was also a gift to herself: “It was my first trip out of Brazil. I wanted to celebrate my graduation!”

She says she immediately fell in love with Canada and how safe she felt being in this country. “Back home, I couldn’t answer the phone on the street because I was afraid to get robbed,” she recalls. Here, she discovered a different way of life, full of diversity, where everybody rich and poor seemed to have the same opportunities to succeed.

“I loved Canada right away because here I can see equality, just by walking on the streets,” says Mary. “Here everybody has the same rights.”

Another thing she noticed was how hard it was to find chocolate shops, and that gave her an idea.

Once she was back in Brazil, she came up with a plan: She would learn all she could about running a business, the art of chocolate, and this one particular Brazilian treat that’s an emblem of her country — the brigadeiro. By the time she moved to Toronto for good in 2014, she was ready to open up shop and share this special candy with her new neighbours. Or at least that’s what she thought.

Mary quickly realized that she needed more information about the Canadian market and regulations, but also more friends. She started joining community events, networking sessions, letting people sample her Brazilian truffles and seeking out advice and feedback. This led Mary to meet her first Canadian foodservice mentor, who helped her launch her career as a newcomer chocolatier — Michael Wolfson, the City of Toronto’s Food and Beverage Sector Specialist.

Following Michael’s recommendation, Mary slightly adapted her recipe to make it a little less sweet. Then she started selling her treats at local street markets, engaging with the diverse neighbourhoods and communities of Toronto, sharing her love for chocolate and the culture she left back home.

After a few years serving Torontonians at various local venues and online, she opened her first brick and mortar store in 2018, under the name Mary’s Brigadeiro. By then she already had loyal customers, a better understanding of the market and a strong business plan. When she was shopping for a space, she fell in love with the Danforth and the way people in the area seemed to support small businesses and prefer to buy local. She felt a strong sense of community, something she’s always valued.

“I have people often reaching out to me for advice or for a chat. I never say no. I am not a coach, but I am happy to share my story, my experience and all the things I learned along the way with people who need some support,” she says.

To get to know Mary a little better, we asked her a few more questions about her inspirations, favourite dishes, spices and what makes her tick!

Check out her answers below:

Do you have a lucky charm in the kitchen? 

An amethyst stone. We leave it at the shop to help filter good and positive energy in the place.

What’s your favourite spice? 

I have a passion for cinnamon because it reminds me of a simple dessert made with rice from my childhood called “Arroz Doce”, but I am also in love with fresh vanilla beans and lavender flowers.

What’s your favourite song when you’re in the kitchen? 

Bossa Nova, MPB and the Tragically Hip. But sometimes I love to listen to the Backstreet Boys!

What’s your favourite comfort food? 

The simplest Brazilian dish — freshly made rice and beans served with vegetables and a protein, like chicken.

If you could change anything in the food industry, what would it be?

To me, working in the food industry is meaningful work that not only feeds people, it also promotes inclusivity and community. But sometimes, that’s not what I see happening.

#ImmigrationÇaCompte: Tête-à-tête avec la chef Mary Oliveira

What’s your favourite smell in the kitchen? 

Chocolate of course! ☺  

Can you tell us one of your bad habits?

When I read, I don’t finish the entire book…

Why did you want to start your own business? 

Because I saw an opportunity to share my passion for brigadeiros — a great product that nobody seemed to have thought to sell in Toronto. So I decided to take it on for myself and I took the leap!

What was the hardest step?

Opening our first store — it was hard to convince myself that I was ready to take this risk. Turns out, it was the best decision I’ve ever made!

What is your proudest business achievement?

It is the fact that we managed to put our chocolates in such special places around the city — through other stores that we love.

Since the beginning, I had a few places in mind where I was dreaming to see our artisanal brigadeiros displayed and today I am so happy to see them taking over the city.

If you could go back and chat with a younger you, what would you say? 

Everything in the end will be fine. Don’t be afraid of your decisions, take all the risks, because those choices will take you to places that will help you define yourself.

Surround yourself with the people who really want to support you and just try to have as much fun as you can!

Also: Your mother is already proud of you!

What’s your favourite anecdote from starting this business? 

We once spent 36 hours straight in full production at the commercial kitchen to finish a huge order of 9,000 brigadeiros. The entire order took three days to complete in total, but when it got down to the last 36 hours, part of the team went home and some of us had to just keep going to finish packing them up.

They were all 100% hand-rolled by a team of eight people!

What’s your favourite thing about the start-up world? 

Connections, community, and learning something new every day.

What or who is your greatest inspiration?

I was really lucky to have lived side by side with amazing women — my mother and my two sisters.

What’s your favourite piece of advice or inspirational quote?

My husband has really taught me to believe in myself. I was always confident in the fact that I had an incredible product, but sometimes it was hard to believe that I would be able to build a business in a foreign country, in another language and in a different culture.

When I wanted to start my business, but had no money or deep-pocketed investors, he encouraged me to just do it anyways. So my favourite piece of advice is: “Don’t wait too long to start or for someone to hand you a million dollars — just put yourself out there however you can and magic will happen.”


L’immigration, ça compte

Tête-à-tête avec la chef Mary Oliveira

Mary Oliveira est née et a grandi au Brésil. C’est là-bas, pendant qu’elle terminait ses études postsecondaires en administration des affaires, que sa vie a croisé celle d’un beau Canadien. La première fois qu’elle est venue au Canada, en 2012, c’était surtout pour rencontrer la mère de celui-ci (sa future belle-mère). Mais elle dit que c’était aussi un cadeau pour elle-même : « C’était mon premier voyage à l’extérieur du Brésil. Je voulais fêter ma remise de diplôme! »

Elle dit qu’elle est immédiatement tombée amoureuse du Canada et qu’elle s’est sentie en sécurité ici. « Au Brésil, je ne pouvais pas répondre au téléphone dans la rue parce que j’avais peur qu’on me vole mes choses », se souvient-elle. Au Canada, elle a découvert un mode de vie différent, plein de diversité, un monde où tous, les riches comme les pauvres, semblent avoir les mêmes chances de réussir.

« J’ai tout de suite aimé le Canada parce qu’ici, je peux observer l’égalité, simplement en marchant dans la rue », dit Mary. « Ici, tout le monde a les mêmes droits. »

Une autre chose qu’elle a remarquée, c’est à quel point il est difficile de trouver des chocolateries, et cela lui a donné une idée.

Lorsqu’elle est retournée au Brésil, elle a mis au point un plan : apprendre tout ce qu’elle pouvait sur la gestion d’une entreprise, l’art du chocolat et cette friandise brésilienne unique qui est emblématique de son pays – le brigadeiro. Lorsqu’elle a déménagé définitivement à Toronto en 2014, elle était prête à ouvrir un magasin et à faire goûter cette friandise spéciale à ses nouveaux voisins. Du moins, c’est ce qu’elle pensait.

Mary s’est vite rendu compte qu’elle avait besoin de plus d’information sur le marché canadien et sa réglementation, mais qu’elle devait aussi se faire plus d’amis. Elle a commencé à participer à des événements communautaires, à des séances de réseautage, à faire goûter ses truffes brésiliennes aux gens et à demander des conseils et des commentaires. C’est ainsi que Mary a rencontré son premier mentor canadien dans le domaine des services alimentaires, qui l’a aidée à lancer sa carrière de nouvelle chocolatière – ce mentor était Michael Wolfson, spécialiste du secteur des aliments et des boissons de la ville de Toronto.

Suivant les recommandations de Michael, Mary a légèrement adapté sa recette pour la rendre un peu moins sucrée. Ensuite, elle a commencé à vendre ses friandises dans les marchés à ciel ouvert de la ville, en créant des liens avec des personnes de divers quartiers et de diverses communautés de Toronto et en partageant son amour du chocolat et de la culture de son pays natal.

Après quelques années à servir les Torontois dans divers lieux et en ligne, elle a ouvert sa première boutique avec pignon sur rue en 2018, qu’elle a appelée Mary’s Brigadeiro. À cette époque, elle avait déjà des clients fidèles, une meilleure compréhension du marché et un plan d’affaires solide. En cherchant un local, elle était tombée amoureuse du quartier Danforth et de la volonté manifeste de ses habitants de soutenir les petites entreprises et d’acheter des produits locaux avant tout. Elle a ressenti un fort esprit communautaire, quelque chose qu’elle a toujours jugé très précieux.

« Des gens me contactent souvent pour avoir des conseils ou pour bavarder. Je ne dis jamais non. Je ne suis pas un coach, mais je suis heureuse de parler de mon histoire, de mes expériences et de tout ce que j’ai appris sur mon parcours à des gens qui ont besoin d’aide pour une raison ou une autre, » dit-elle.

Pour mieux connaître Mary, nous lui avons posé quelques questions sur ses inspirations, ses plats et ses épices préférés et sur ce qui la fait vibrer!


Voici ses réponses :

Avez-vous un porte-bonheur en cuisine?

Une améthyste. Nous la laissons à la boutique pour qu’il y ait une belle énergie positive.

Quelle est votre épice préférée?

J’adore la cannelle parce qu’elle me rappelle un dessert simple de mon enfance fait avec du riz, l’« Arroz Doce », mais j’aime aussi les gousses de vanille fraîches et les fleurs de lavande.

Quelle est votre musique préférée en cuisine?

La bossa nova, la musique populaire brésilienne et The Tragically Hip. Mais parfois, j’aime écouter les Backstreet Boys!

Quelle est votre nourriture réconfortante préférée?

Le plat brésilien le plus simple – du riz et des haricots fraîchement préparés servis avec des légumes et une protéine, comme du poulet.

Si vous pouviez changer quelque chose dans l’industrie alimentaire, que changeriez-vous?

Pour moi, travailler dans l’industrie alimentaire est important, car non seulement on nourrit les gens, mais on favorise l’inclusion et l’esprit de communauté. Cependant, ce n’est pas toujours ce que je constate.

Quelle est votre odeur préférée en cuisine?

Celle du chocolat, bien sûr! 🙂

Pouvez-vous nous parler de l’une de vos mauvaises habitudes?

Quand je commence un livre, je ne le finis pas…

Pourquoi avez-vous voulu créer votre propre entreprise?

Parce que j’y ai vu une occasion de partager ma passion pour les brigadeiros – un excellent produit que personne ne semblait avoir pensé à vendre à Toronto. J’ai donc décidé de m’en charger moi-même et j’ai fait le grand saut!

Quelle a été l’étape la plus difficile?

Ouvrir notre premier magasin – il a été difficile de me convaincre que j’étais prête à prendre ce risque. Il s’avère que c’était la meilleure décision de ma vie!

Quelle est la réalisation dont vous êtes la plus fière concernant votre entreprise?

C’est le fait que nous avons réussi à mettre en vente nos chocolats dans des endroits vraiment spéciaux de la ville – dans d’autres magasins que nous aimons.

Depuis le début, j’avais quelques endroits en tête où je rêvais de voir un étalage de nos brigadeiros artisanaux; aujourd’hui, je suis tellement heureuse de les voir à tant d’endroits différents de la ville!

Si vous pouviez revenir en arrière et discuter avec une version plus jeune de vous-même, que lui diriez-vous?

Tout va bien se passer. N’aie pas peur de tes décisions et n’hésite pas à prendre des risques, car ces choix te permettront de te définir.

Entoure-toi de gens qui veulent vraiment te soutenir et essaie simplement de t’amuser le plus possible!

Aussi : ta mère est déjà fière de toi!

Quelle est votre anecdote préférée concernant la création de cette entreprise?

Une fois, nous avons passé 36 heures d’affilée en pleine production à la cuisine commerciale pour terminer une énorme commande de 9 000 brigadeiros. L’ensemble de la commande a pris trois jours au total, mais pour ce qui est des 36 dernières heures, une partie de l’équipe est rentrée chez elle, mais les autres ont dû poursuivre le travail pour emballer les brigadeiros.

Ils ont tous été entièrement roulés à la main par une équipe de huit personnes!

Qu’est-ce que vous préférez dans le monde de l’entrepreneuriat?

Les liens, la communauté et apprendre quelque chose de nouveau chaque jour.

Quelle est votre plus grande source d’inspiration, ou qui vous inspire le plus?

J’ai eu beaucoup de chance d’avoir vécu aux côtés de femmes extraordinaires – ma mère et mes deux sœurs.

Quel est votre meilleur conseil ou quelle est votre citation préférée?

Mon mari m’a vraiment appris à croire en moi. J’ai toujours su que j’avais un produit incroyable, mais j’avais parfois du mal à croire que je serais capable de créer une entreprise dans un pays étranger, dans une autre langue et dans une autre culture.

Lorsque j’ai voulu démarrer mon entreprise, je n’avais pas d’argent ou d’investisseurs au portefeuille bien garni, mais mon mari m’a encouragé à le faire quand même. Ainsi, mon plus grand conseil, c’est de ne pas attendre trop longtemps pour démarrer son entreprise. N’attendez pas que quelqu’un vous donne un million de dollars – lancez-vous, peu importe comment, et la magie opérera!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.