Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views :

One-on-one with Chef Bashir Munye

Portrait by Murtaza N. Daud.

Pour la version française, cliquez ici.

 

Born in Somalia and raised in Italy, Bashir Munye has called Toronto home for more than two decades.

He says he can still vividly remember two things from his first day in Canada in February 1994: his excitement meeting his distant family members for the first time and the harshness of the Canadian winter.

Only 22 years old and still searching for a sense of identity and belonging, he enrolled in a culinary training program at the YMCA. Pretty soon he began to feel like he was exactly where he was supposed to be.

Throughout his life, food had always played an important role in the way he connected with people and engaged with the world around him.

“Food is a vessel for understanding each other and coming together for social change,” he says, which is why Toronto’s multicultural culinary scene seemed like a natural place to begin building a meaningful career.

Over the past few decades, he has not only built a reputation for himself as an innovative entrepreneur, he has also become an inspirational leader for the next generation of Canadian chefs and a fierce advocate for accessible food. Now a member of the Toronto Food Policy Council and completing a Masters in Environmental Studies at York University, Bashir is focused on changing the way that working with food is viewed as merely a trade.

He regularly reaches out to Ontario food producers, helping them tap into Canada’s growing market of newcomers and their appetite for nutritious foods that keep them connected to their cultural identity. For instance a lot of farmers don’t know that what they refer to as “pigweed” is an important food staple in many cultures. Its seeds, which can be ground into a meal, have a higher protein content than rice and can be easier to digest than soy, wheat, or dairy.

Through the classes that Bashir teaches as an instructor at George Brown College, he emphasizes the importance of having access to diverse and nourishing food. He instils in his students that the job of a cook goes beyond preparing for the next meal — that they need to think of themselves as community leaders, promoting food literacy and paving the way for a more sustainable food system that will be capable of supporting the future.

To get to know Bashir a little better, we asked him a few more questions about his inspirations, favourite dishes and how he inspires positive change in the Canadian foodservice community.

Check out his answers below:

Do you have a favourite spice?

Cardamom!

What makes you “kitchen angry”?

People who don’t care about wasting food.

What’s the latest flavour combination you discovered?

Toasted caraway seeds sprinkled on carrots.

Can you tell us about your most extravagant purchase?

Fresh Dungeness crab and lobster for my youngest daughter’s birthday.

What’s your favourite comfort food?

To me, comfort food is based on seasonality, so there isn’t one dish.

What’s your most essential kitchen tool?

My Sabatier chef knife — it was a gift from my wife when I started teaching at George Brown College.

What’s your favourite kitchen smell?

Chai Masala! …Childhood memories…

If you could change anything in the food industry, what would it be?

I would love to create awareness and understanding among chefs that food is a fundamental right and not a privilege — therefore their responsibility is more than just cooking. It is about embracing sustainability as part of their daily cooking routine.

What drives you to be an ambassador for social change?

Coming to Canada, I noticed that many people within my community don’t have access to good food and are facing many food related health issues. I chose to make a difference and lead the change that I want to see.

What does the next generation of chefs need to succeed?

I would like the next generation of chefs to be given proper culinary knowledge by making learning about food sovereignty and sustainability mandatory in educational programs, so they can also become land stewards.

How do you drive social change in your community?

I do it many ways. Perhaps the one area where I am focusing more these days is the creation of food literacy programs, food demos and public speaking appearances to multi-ethnic African communities. I want to show that they can have access in Canada to the foods that are culturally relevant to their own experience, habits and needs.

Why do you think so many chefs and immigrants look up to you?

I feel that positive representation matters and the message of belonging resonates with them.

Can you tell us one of your bad habits?

Eating too much unrefined sugar… I have a bit of a sweet tooth.

What do you admire in other chefs?

I admire in a lot of other chefs their tenacity and desire to make something meaningful for other people by using food as a tool for change.

Who is your greatest inspiration?

My family is my greatest inspiration.

Can you tell us about a local food initiative that you are proud to support?

I have great admiration and respect for the work that the Afri-Can FoodBasket has done over 20 years for the community in delivering wholesome fresh food at cost to people in underserved neighborhoods in Toronto. So being able to help and support them in any way gives me pride.

What would you want on the menu if it was the end of the world?

Bajan stewed chicken, basmati rice pilaf, fried okra with pickled onions, and for dessert the juiciest mango — please and thank you!

What is your favourite piece of advice or inspirational quote?

Massimo Bottura once said to me: “Cooking for someone is an act of love.”


L’immigration, ça compte

Tête‑à‑tête avec le chef cuisinier Bashir Munye

Bashir Munye est né en Somalie et a été élevé en Italie, mais il considère Toronto son chez-soi depuis plus de 20 ans.

Il dit se souvenir encore très bien de deux choses de son premier jour au Canada, en février 1994 : la vive émotion de rencontrer pour la première fois des membres de sa famille éloignée et la rigueur de l’hiver canadien. 

Il n’avait que 22 ans et était toujours à la recherche d’un sentiment d’identité et d’appartenance lorsqu’il s’est inscrit à un programme de formation culinaire au YMCA. Il a eu très vite l’impression de se trouver exactement là où il devait être.

Tout au long de sa vie, la nourriture a toujours joué un rôle important dans la façon dont il établissait des rapports avec les autres et interagissait dans le monde qui l’entoure.

« La nourriture permet aux gens de se comprendre et de s’unir pour le changement social », dit‑il, ce qui explique la raison pour laquelle la scène culinaire multiculturelle de Toronto semblait être un endroit naturel pour commencer à se bâtir une carrière valorisante.

Au cours des dernières décennies, non seulement Bashir s’est-il bâti une réputation d’entrepreneur novateur, mais il est aussi devenu un leader inspirant pour la prochaine génération de chefs canadiens et un ardent défenseur de la question des aliments accessibles. Bashir, qui est membre du Conseil de la politique alimentaire de Toronto et qui achève sa maîtrise en études environnementales à l’Université York, vise à changer la perception selon laquelle le travail avec les produits alimentaires n’est qu’un simple métier.

Il tend régulièrement la main aux producteurs d’aliments de l’Ontario pour les aider à exploiter le marché croissant des nouveaux arrivants au Canada et l’appétit de ces derniers pour des aliments nutritifs qui leur permettent de conserver un lien avec leur identité culturelle. Par exemple, beaucoup d’agriculteurs ignorent que l’amarante est un aliment de base important dans de nombreuses cultures. Les graines d’amarante, lesquelles peuvent être moulues en un repas, ont une teneur en protéines plus élevée que le riz et peuvent être plus faciles à digérer que le soja, le blé ou les produits laitiers.  

Dans les cours qu’il donne comme instructeur au George Brown College, Bashir souligne l’importance d’avoir accès à une alimentation diversifiée et nourrissante. Il enseigne à ses élèves que le travail d’un cuisinier va au-delà de la préparation du prochain repas : ils doivent se considérer comme des chefs de file communautaires, promouvoir la littératie alimentaire et ouvrir la voie à un système alimentaire plus durable qui pourra soutenir l’avenir.

Pour apprendre à mieux connaître Bashir, nous lui avons posé quelques questions sur ses inspirations, ses plats préférés et la façon dont il favorise des changements positifs dans la communauté canadienne des services alimentaires.

Lisez ses réponses ci-dessous :

Avez-vous une épice préférée?

La cardamome!

Qu’est-ce qui vous met en colère en cuisine?

Les personnes peu soucieuses du gaspillage alimentaire.

Quelle est la dernière association de saveurs que vous avez découverte?

Des carottes saupoudrées de graines de carvi grillées.

Pouvez-vous nous parler de votre achat le plus extravagant?

Crabes dormeurs et homards frais pour l’anniversaire de ma plus jeune fille.

Quelle est votre nourriture réconfortante préférée?

Pour moi, la nourriture réconfortante varie selon la saison; je n’en ai donc pas une seule.

Quel est l’outil de cuisine qui vous est indispensable?

Mon couteau de chef Sabatier. C’était un cadeau de mon épouse lorsque j’ai commencé à enseigner au George Brown College.

Quelle est votre odeur préférée en cuisine?

Le chai masala! Souvenirs d’enfance…

Si vous pouviez changer quelque chose dans l’industrie alimentaire, que changeriez‑vous?

J’aimerais mieux faire connaître et comprendre aux chefs que la nourriture est un droit fondamental, et non un privilège. Leur responsabilité ne se limite donc pas à cuisine : ils doivent adopter des pratiques durables dans leurs habitudes de cuisine quotidiennes.

Qu’est-ce qui vous motive à être un ambassadeur du changement social?

En arrivant au Canada, j’ai remarqué que beaucoup de personnes de ma communauté n’ont pas accès à de la bonne nourriture et sont aux prises avec des problèmes de santé liés aux aliments. J’ai choisi de changer les choses et de mener le changement que je veux voir.

De quoi la prochaine génération de chefs a-t-elle besoin pour réussir?

J’aimerais que la prochaine génération de chefs acquière de bonnes connaissances culinaires en rendant obligatoire l’apprentissage de la souveraineté et de la durabilité alimentaires dans les programmes de formation, afin qu’ils puissent aussi devenir des intendants de la terre. 

Comment stimulez‑vous le changement social dans votre collectivité?

Je le fais de nombreuses façons. Dernièrement, je me concentre peut-être davantage sur l’élaboration de programmes de littératie alimentaire, les démonstrations culinaires et les allocutions publiques auprès de communautés multiethniques africaines. Je veux leur montrer qu’ils peuvent avoir accès, au Canada, aux aliments qui sont pertinents sur le plan culturel pour leur expérience, leurs habitudes et leurs besoins.

Pourquoi pensez-vous que tant de chefs et d’immigrants vous admirent?

Je crois que la représentation positive est importante, et que le message d’appartenance trouve écho auprès d’eux.

Pouvez-vous nous parler de l’une de vos mauvaises habitudes?

Manger trop de sucre non raffiné… J’ai le bec sucré.

Qu’admirez-vous chez les autres chefs?

J’admire chez beaucoup d’autres chefs leur ténacité et leur désir de faire quelque chose de significatif pour les autres en utilisant la nourriture comme un outil de changement.

Qui est votre plus grande source d’inspiration?

Ma famille est ma plus grande source d’inspiration.

Pouvez-vous nous parler d’une initiative alimentaire locale que vous êtes fier d’appuyer?

J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour le travail que fait l’Afri-Can FoodBasket depuis plus de 20 ans pour la communauté en livrant des aliments frais et sains, au coût, aux gens des quartiers mal desservis de Toronto. Je suis donc fier de pouvoir les aider et les soutenir d’une façon ou d’une autre.

Que voudriez-vous au menu si c’était la fin du monde?

Poulet bajan à l’étuvée, riz basmati pilaf, okra frit avec oignons marinés, et pour le dessert, la mangue la plus juteuse – s’il vous plaît et merci!

Quel est votre conseil préféré ou citation préférée?

Massimo Bottura m’a déjà dit : « Cuisiner pour quelqu’un est un geste d’amour ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.